Pattec en image

Sondage

Que pensez vous des activités de PATTEC ?
 

Annonces

Pattec !
Aucune annonce pour le moment!

Qui est en ligne ?

Nous avons 3 invités en ligne

Visites

513143
Formation à l'Elat de Bobo-Dioulasso du 19 au 20 octobre 2011 de 16 médecins des Directions Régionales de la Santé du Sud-Ouest, des Cascades et des Haut-Bassins du Ministère de la Santé PDF Imprimer
Vendredi, 18 Novembre 2011 00:00

Dans le souci d’assurer une meilleure surveillance des risques de la maladie du sommeil ou Trypanosomiase Humaine Africaine (THA) la PATTEC a programmé une série de formation. Une troisième séance de formation au bénéfice des agents du Ministère de la Santé a été organisée cette année à l’ELAT de Bobo-Dioulasso, du 19 au 20 Octobre 2011. Cette formation fait suite à celle du 05 au 06 Mai 2011 réalisée pour 16 responsables des services de consultation et à celle du 09 au 11 Mai 2011 de 19 techniciens de laboratoire. La présente formation a été organisée pour 16 Médecins des Directions Régionales de la Santé du Sud-ouest, des Cascades et des Haut-Bassins.

 

Comme les deux précédentes formations, elle a concerné la Trypanosomiase Humaine Africaine (THA) et l’Onchocercose. Elle était placée sous l’égide du Dr. Kambiré Sié Roger et le Prof. Traoré Soungalo, respectivement Coordonnateur du Programme National de Lutte contre la Trypanosomiase Humaine Africaine (PNLTHA) et Coordonnateur du Programme National de Lutte contre l’Onchocercose (PNLO).

Les 16 Médecins formés provenaient plus précisément du CMU et du CHR (Centre Hospitalier Régional) de Banfora, du CHUSS (Centre Hospitalier Universitaires Sourou Sanon) de Bobo-Dioulasso mais aussi des DS (Districts Sanitaires) de Diébougou, Gaoua, Mangodara, Sindo, Houndé, Batié, Dandé, Dano, Karangasso-Vigué, Léna et Dafra.

Autant pour la THA que pour l’Onchocercose, après la présentation de l’historique, les formateurs ont amplement décrit les vecteurs et les parasites responsables. Ils ont également longuement présenté les symptômes, les lésions et les méthodes de diagnostic. La situation épidémiologique de chacune des deux maladies particulièrement au Burkina a aussi été débattue avec les participants. Et enfin les stratégies de lutte dont particulièrement la prise en charge des malades par le traitement ont été soigneusement et méticuleusement développées. Les formateurs ont fait subir aux participants un pré-test au début du cours et un post-test à la fin. Ces tests ont permis d’une manière exacte d’évaluer leur niveau de connaissances à l’arrivée et au départ après la séance de la formation.